• Select A Language:
  •  

    « Je le regrette, mais je ne détecte pas de rythme cardiaque. » La salle a commencé à tourner. J’avais déjà entendu la même chose il y a quatre ans. Cela ne pouvait pas nous arriver encore ! Nous nous rendions à la voiture, sous le choc, revivant un cauchemar que nous avions déjà vécu. Pourquoi, Seigneur ? Nous pensions que ce bébé était notre promesse, notre arc-en-ciel après l’orage. Bien sûr, nous avions deux enfants vivants à la maison, mais cela ne changeait pas notre sentiment de perte et de chagrin que nous devions revivre pour la deuxième fois au bout de quatre ans.

    Au cours des mois suivants, je me suis débattue avec le désir accablant d’avoir un autre enfant. Je rêvais que j’avais un nouveau bébé dans mes bras, puis je me réveillais et j’étais parfois confuse, voire en colère. Je me sentais extrêmement coupable, me demandant pourquoi je ne pouvais pas éprouver de la reconnaissance pour les deux enfants en bonne santé que Dieu m’a donnés, au lieu d’en désirer un autre. Puis, un dimanche soir, mon beau-père a prêché. À la fin de son sermon, il a dit à l’assemblée : « Dites à Dieu ce dont vous avez besoin. » Je me suis agenouillée et j’ai fait une prière simple : « Seigneur, si ce n’est pas ta volonté que nous ayons un autre enfant, j’ai besoin que tu enlèves cette envie. Si c’est ta volonté, il faut alors que tu donnes le moyen. » Immédiatement, j’ai senti la paix m’envahir, et Dieu a déposé un verset dans mon cœur ce soir-là, pendant que j’étais à genoux à mon banc. « Le cœur de l’homme médite sa voie, mais c’est l’Éternel qui dirige ses pas. » (Proverbes 16 : 9)

    Quelques mois plus tard, nous étions choqués par ma grossesse. J’ai été saisie par la peur et l’inquiétude. Ce n’était pas notre plan. Comment vais-je faire si je devais subir une autre perte ? Comment faire face aux gens qui penseraient certainement que nous étions fous de ne pas nous contenter des deux enfants que nous avions déjà ? J’ai ressenti Dieu m’envoyant gentiment au verset qu’il m’avait donné : « Le cœur de l’homme médite, mais c’est l’Éternel qui dirige ses pas. ». Je me souviens du moment où j’étais assise dans le cabinet du médecin quand j’ai prononcé ces paroles, à haute voix, à Dieu : « Seigneur, c’est ton plan. C’est ton bébé. Quoiqu’il arrive, je te ferai confiance. »

    Durant les neuf mois qui ont suivi lorsque la peur m’envahissait, lorsque j’attendais (on aurait dit pendant des heures) que l’infirmière entende le cœur battre et lorsque je me couchais avec les yeux ouverts la nuit avant chaque visite médicale, essayant de ne pas laisser la peur prendre le dessus, je citais mon verset : « Le cœur de l’homme médite, mais c’est l’Éternel qui dirige ses pas. » Puis, le 11 août 2017, notre bébé est né. Le médecin était choqué que le cordon ombilical fût à peine connecté au placenta. Ce qui aurait pu être encore une autre perte pour notre famille était en fait un miracle véritable de Dieu.

    J’ai pris notre petit garçon dans les bras et j’ai pleuré, répétant : « Seigneur, c’est ton plan. Ce bébé t’appartient. Le cœur de l’homme médite, mais c’est l’Éternel qui dirige ses pas. »

    BRIANNE BUFORD
    Nota bene : Brianne Buford est l’épouse de Brandon, et la maman de Zane, Zoe et Zeke. Ils habitent à O’Fallon au Missouri, où Brandon est le pasteur de The Lighthouse UPC.

    *En chère mémoire de Zachariah Buford (27/5/2012) et Zion Buford (17/3/2016).

    Comments are closed.